Un ebook ne contient pas de livre

(extrait de libreros’s posterous – 14 Décembre 2012)

  Se sigue escribiendo por doquier que en un libro electrónico caben 800 libros. O 1.400 libros en ese otro modelo. Pero no. En el e-book caben cientos de textos, caben novelas-río y ensayos prolijos, estudios médicos y tratados de autoayuda, caben cuentos largos y minúsculos poemas, con todas las ventajas que ello tendrá para quien sepa apreciarlas.

Pero no cabe ningún libro.

MAJ 20 Juin 2012

________________________________________________________________________________________________

Digital pen:

Découvert aujourd’hui ce drôle de machin

Tablette avec un stylet

voici un lien : http://www.wacom.eu/index2.asp?pid=294&lang=fr&spid=2

Témoignage : « J’en suis équipé depuis près d’un an et j’avoue qu’après avoir essayé toute une batterie d’outils divers (dont un tablet pc trop fragile), c’est la première fois que je conserve un outil de ce type aussi longtemps.  Je possède la version pen&touch qui passe alternativement du stylet au doigt.

Quelques avantages directs : Elle remplace désormais ma souris et prend moins de place en voyage. Elle permet d’annoter ou surligner naturellement des documents. Lors de présentations elle est plus précise, et permet de gérer des cartes à distance de son clavier.   Pour ce qui concerne les cartes justement, la tablette offre une souplesse agréable, réellement sensible plutôt sur iMindmap ou OneNote que sur MindManager. Sur ce dernier, elle sert surtout de souris très précise.   L’avantage d’une telle tablette par rapport à un tablet Pc est dans la sensation du toucher, la surface est plus adaptée pour un stylet, il glisse donc mois que sur un écran, il y a presque une sensation de papier.

Pour ce qui concerne la saisie manuscrite de texte, c’est évidemment possible mais l’écriture reste malgré tout plus lente, on a tendance à écrire plus gros et il faut s’habituer à écrire de manière déportée. Je le pratique un peu lorsque je veux ancrer un peu plus mes cartes mais dans ce cas je ne cherche pas à convertir mon écriture. Car il est également possible d’utiliser la reconnaissance d’écriture qui fonctionne très bien désormais (native sur Windows7). L’intérêt le plus grand de cet outil est surtout de pouvoir dessiner très librement et précisément il est aussi de pouvoir modifier son dessin très facilement (corriger, changer de couleur, d’emplacement, de taille).

Le seul inconvénient (mineur) que j’ai trouvé est le cable qui encombre un peu l’espace entre l’ordinateur et la tablette…   »   Rémi HINGRAI (Liste Heuristique)

Discussion de ce jour (15 avril 2011)

Bonjour,   Moi j’utilise tous les jours le stylo numérique de LiveScribe. (http://www.livescribe.com/fr/) qui permet d’ecrire sur des cahiers spéciaux afin de capturer ce que l’on écrit. Le vrai plus c’est qu’il intègre un micro et qu’il est possible d’associer un enregistrement a ce que l’on écrit.  Par exemple, avant une réunion je prépare ma carte (tout du moins les grandes branches = l’agenda)sur mon cahier A4 et pendant la réunion, je fais évoluer ma carte. Comme j’ai appuyer sur le bouton enregistrer au debut de la reunion pour capturer le son, le stylo fera l’association notes écrites/enregistrement (passage exact).   Ensuite je peux réécouter mes notes en cliquant sur la carte a la fois sur le cahier ou sur le PC/MAC.    Je peux evidemment exporter en jpeg, pdf ou envoyer le tout sur un espace internet pour partager mes cartes avec le sons 🙂   Je vous laisse aller sur le site internet si vous voulez avoir plus d’infos. Tony De Sousa

Le 15 avr. 2011 à 01:41, équipe pétillante <equipe.petillante@petillant.com> a écrit :

Bonsoir,  j’utilise une tablette Bamboo Fun depuis maintenant plus d’un an en complément d’une souris « classique », disposé chacun de part et d’autre de mon clavier. Je peux ainsi changer très rapidement d’outil suivant mes besoins : main gauche pour le stylet de la tablette que je manipule aussi facilement qu’un crayon (je suis gaucher), et main droite pour la souris.   Pour un usage générique avec un ordinateur J’utilise la souris quand : j’ai besoin d’une grande précision dans le positionnement du pointeur, par exemple pour redimensionner ou déplacer un objet graphique au pixel près ; je tape beaucoup de texte, pour disposer de tous mes doigts (cf. remarque sur la frappe avec le stylet dans la main) ; j’utilise des fonctions spécifiques à la souris, comme le zoom ; ma main gauche commence à fatiguer avec le stylet.   J’utilise la tablette et le stylet quand : je dois effectuer plein de clics (par exemple cocher des cases d’un formulaire ou naviguer dans les répertoires de mon disque dur via le Finder/explorateur Windows) ; je souhaite rester discret lors de ma prise de notes avec MindManager sur mon Tablet PC ; ma main droite commence à fatiguer avec la souris   Je n’utilise pratiquement jamais la tablette en mode « saisie tactyle » (le doigt remplace le stylet), car je trouve que cela fatigue plus vite la main qui doit rester suspendue au-dessus de la tablette. Cela dit, l’interaction avec la tablette est sympa, comme sur un iPad.   Pour un usage avec un logiciel de cartographie heuristique Avec un logiciel comme iMindMap dont la version 5 vient de sortir, la tablette est un vrai régal. Comme l’a évoqué Rémi dans un message sur le même sujet aujourd’hui, le gros avantage de celle-ci est la sensation de toucher très proche de celle éprouvée quand je dessine des cartes heuristiques sur papier avec un crayon. Concernant l’écriture, même si les résultats sont excellents en terme de qualité de reconnaissance de caractères avec un Tablet PC et MindManager, je trouve plus rapide de taper le texte au clavier, d’autant que j’ai pris l’habitude de taper au clavier avec neuf doigts, le stylet coincé entre le majeur et l’index gauches. Je n’ai donc plus besoin de le reposer et je gagne ainsi un temps fou.

Puisque nous en sommes à parler de gadgets et de méthodes de travail, j’utilise aussi un logiciel de reconnaissance  vocale qui, utilisé conjointement avec la tablette, me permet de construire des cartes heuristiques d’une manière très agréable, notamment grâce à la fluidité des idées que cela permet. Autre avantage : même si iMindMap supporte les notes audio (dans la version Ultimate), la reconnaissance vocale permet de réduire la taille du fichier et facilite la relecture. Par contre, on perd le côté émotionnel qui peut être porteur d’informations intéressantes. Dernier équipement, que j’ai acheté sur les conseils avisés de mon ami Pierre Pilon : un écran géant 27″ (un iMac pour être précis), miroir parfait pour réfléchir devant une carte heuristique. Une telle taille permet véritablement de « plonger dans ses propres pensées ».

À propos des solutions comme Digital Pen.

Je reste très sceptique par rapport à ce genre de gadget, même si c’est déjà mieux qu’une solution genre Anoto ou Clairefontaine qui impose l’utilisation d’un papier spécifique. Je trouve en effet plus pratique de travailler avec une simple feuille de papier et un crayon, pour numériser ensuite le résultat avec un scanner.    Cdlt; Denis